Cameroun -Boko Haram frappe Amchidé avec des blindés.

La population fuyant les attaques de la secte Boko Haram

La population fuyant les attaques de la secte Boko Haram

Réputée jadis comme le poumon économique de la région de l’Extrême-Nord, Amchidé (ville camerounaise logée dans le département du Mayo-Sava), a été le théâtre d’une incursion musclée de la secte Boko Haram mercredi 15 Octobre dernier alors que les Lions Indomptables remportaient vaillamment leur victoire sur la Sierra-Leone. 

La ville d’Amchidé n’est plus qu’un no man land depuis quelques heures ; l’attaque perpétrée par les adeptes de la secte Boko Haram mercredi dernier, lourdement armés (avec des blindés à l’appui) y est pour beaucoup, même si l’on se souvient que cette localité fait l’objet des excursions de ces derniers depuis quelques temps, du fait de sa proximité avec Banki (ville située à un jet de pierre du Nigéria) et de son cadre harmonieux, abritant les ressortissants du Nigéria voisin et ceux du Cameroun.  Les intégristes Boko Haram ont  alors remis ça, non sans marquer leur passage d’horreurs et de traumatismes.

Le chef d'agence d'Express Union d'Amchidé (en maillot blanc) et le Chef d'Agence d'Emi Money d'Amchidé) lors d'une célébration

Le chef d’agence d’Express Union d’Amchidé (en maillot blanc) et le Chef d’Agence d’Emi Money d’Amchidé) lors d’une célébration

La seule agence d’envois et de retraits d’argent s’est vu vandaliser, et ses occupants tués, notamment son chef, M. Soh (en maillot blanc aux bandes rouges de marque Adidas sur la photo ci-dessus) et emporteront avec eux un sacré butin. Le corps de sieur Soh a été conduit à la morgue de l’hôpital régional de Maroua depuis ce vendredi 17 octobre soir. Ces assaillants ont également égorger une quarantaine de civiles, avant de détruire les églises catholique et protestante du coin, incendieront tous les bars, et ôteront la vie à un peu plus d’une dizaine des soldats camerounais.

Express Union, agence d'Amchidé après le passage de Boko Haram du 15 octobre 2014.

Express Union, agence d’Amchidé après le passage de Boko Haram du 15 octobre 2014.

Nos sources nous révèlent que les éléments du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR), auront toutes les peines du monde pour repousser ces ennemis, trop nombreux pour eux ce jour. Après quelques minutes d’intenses échanges de tirs, le BIR réussira à dissuader l’ennemi, qui rebroussera chemin, après avoir perdus plus d’une centaine de ses membres.

L’ordre a alors été donné de libérer la ville, et la population traumatisée, n’avait d’autre choix que de regagner Mora, dernière ville-étape sur la route entre Maroua et N’Djaména. Ce vendredi, tout semblait calme à Amchidé, mais la prudence reste de mise.